Raid des Alizés en Martinique : expérience et conseils

Raid des Alizés en Martinique : expérience et conseils

Fuir la grisaille de l’automne pour partir faire un raid entre copines dans les îles ? Découvrir la Martinique en voyageant au fil de défis sportifs ? Gravir la montagne Pelée, faire du VTT dans la jungle, pagayer en canoë sur la mer des Caraïbes ?
Plutôt sympa comme programme, non ! Contre vents et marées, voici le compte rendu de mon expérience sur le Raid des Alizés.

Du 14 au 19 novembre 2017, Anne, Christelle, et moi avons eu la chance de participer à la troisième édition du Raid des Alizés.
Venues des quatre coins de la France, chaque équipe est formée de 3 femmes et défend une cause caritative ou sociétale. Avec notre team « Dubndiducrew » formée par Anne, nous avons décidé de soutenir l’Association Solidarité Femme tout au long de la compétition.

Plus qu’une compétition, le Raid des Alizés est une belle aventure sportive 100% féminine et solidaire !

Le programme des épreuves du Raid des Alizés :

Jour 1 : Journée d’Acclimatation
Jour 2 : Run&Bike 17km + Canoë-kayak 6,6km – Grande Anse
Jour 3 : Trail 17km – Montagne Pelée
Jour 4 : Course d’orientation en VTT 22,5km – Pointe Marin

 

Quoi mettre dans son sac pour le Raid des Alizés ?
(quelques petits conseils perso en plus de la liste de matériel fournie par le Raid)

– les chaussures de sport : je n’ai utilisé qu’une seule paire de trail durant tout le raid. Le modèle Akyra bleu chez LA SPORTIVA qui est léger avec un super maintien de la cheville et une grosse accroche.
Pas de modèle tout neuf, vous le regretterez dès la première sortie. J’ai souvent couru avec les chaussures encore moites de la veille mais, après 5 minutes de course, vos chaussures finissent mouillées dans tous les cas !
– Fil pour étendre et faire sécher son linge entre les épreuves
– une paire de gants adhérents type course Spartan pour protéger vos mains en cas de chute, pour le VTT ou le canoë-kayak
– des grands sacs poubelle pour au choix : mettre ses affaires sales, protéger son sac de la pluie, faire un tapis de sol à l’entrée de sa tente…
– des shorts ou des capris auxquels vous ne tenez pas ! Chutes, frottements, boue, humidité ambiante… pas le meilleur mix pour garder ses vêtements intacts.
– les ravitaillements sont assez réguliers (eau – fruits et fruits secs) alors si besoin embarquez quelques barres de céréales salées par exemple pour varier
– une bonne paire de tongs pour les après-courses et la vie en bivouac – Paire de Teva pour moi
– Savon BIO (demandé par l’organisation) – un super 2 en 1 à essayer le « Shampoing douche sans sulfate » de la marque EQ et pleins d’autres soins sportifs pour bien récupérer : Soins EQ
– des vêtements longs et légers pour les soirées et un bon anti-moustique

liste matériel raid alizés

Jour 1 : Journée d’Acclimatation 

« Réveil en musique, réveil tonique » il est 5h du matin et Steve se charge de notre réveil qu’on le veuille ou pas ! Grand sourire et énergie à bloc, difficile de lui en vouloir même sans être du matin.
Pas de grasse matinée sur le Raid des Alizés, on commence les épreuves tôt pour se préserver un peu du soleil.  A 7h, camelbak sur le dos et dossards épinglés, nous partons en bus direction Le François.

Histoire de nous mettre dans le bain, les organisateurs nous ont concocté un programme spécial pour cette journée d’acclimatation : canoë-kayak, course dans la mangrove et parcours nautique. Parfait pour découvrir le terrain et tester notre esprit d’équipe.

Sans trop savoir ce qui nous attend, nous embarquons pour 4km de canoë-kayak aka l’épreuve que nous redoutons le plus… et aimons le moins ! Surprise à l’arrivée, nous accostons dans un camp militaire où tout un parcours d’obstacles nous attend : filets à grimper dans la mangrove et chemins à se frayer enfoncées jusqu’à la taille puis course d’obstacles nautiques avec des sauts, des murs à monter ou des tonneaux à traverser sans tomber !

19h il est temps de rentrer… en canoë, sinon la journée aurait été trop simple !

Entre courses, obstacles et canoë, cette journée ambiance parcours du combattant aura été bien complète. Beaucoup d’eau, tout autant de boue et un soleil de plomb… on réalise que les conditions de course ne seront pas toujours faciles à gérer et qu’il faudra plus que tout s’entraider.

canoe kayak martinique

épreuve raid femmes
annedubdidu

Jour 2 : Run&Bike + Canoë-kayak – Grande Anse

Toujours en musique, tout le monde se prépare pour le premier jour d’épreuve avec au programme : trail, vélo et canoë dans un décor mélangeant jungle, montagne et plage. Un beau baptême du feu !

Le parcours prévoit une grande boucle autour de la commune des Anses-d’Arlet : plage du diamant, anse cafard, petite anse et même le Morne Larcher.
Une course parfaite pour découvrir les beaux paysages de la côte sud caraïbe de la Martinique !

Départ depuis la plage de la Grande Anse, nous enchainons rapidement par de grosses montées pour finalement récupérer nos vélos. Des vélos que nous allons pousser plus que pédaler tant les pentes sont abruptes et le terrain chaotique. Du VTT avec plus de 20 % de pente nous n’étions pas préparées !
Deuxième ravitaillement, nous déposons les VTT et prenons quelques forces avec en prime une poche de glace sur la tête et les épaules.
Les idées fraîches, nous attaquons la grosse partie Trail  pour grimper le Morne Larcher, un ancien volcan culminant à 478m. L’ascension est courte mais rude avec des blocs de pierres glissants et une forêt luxuriante assez étouffante. Au sommet, la récompense est au rendez-vous avec un superbe point de vue sur la baie du Diamant.

On respire un bon coup avant d’entamer la descente tout aussi compliquée. En bas du Morne Larcher, c’est le dernier tronçon de course avant de récupérer notre meilleur ami… le canoë !

C’est parti pour 6,6km (en théorie) qui se transformeront plutôt en 8km en pleine mer. Passée la première pointe, le vent se lève et le courant devient de plus en plus fort. Il est difficile de garder le cap tout comme son calme… Entre crises de nerfs et de rires, on avance petit à petit en se défoulant dans les coups de pagaie ! 45 minutes plus tard, on aperçoit enfin les fanions du Raid des Alizés, l’arrivée est toute proche.
A peine le temps d’accoster, nous partons dans un sprint final sur la plage de la Grande Anse.

Après 24km de course, la boucle est bouclée et ce triathlon local nous en a mis plein les jambes et les yeux !

raid alizés
épreuve raid alizés

épreuve raid alizés
challenge sportif femme
Jour 3 : Trail – Montagne Pelée

A l’annonce de cette nouvelle étape, notre Team est déjà impatiente d’y être ! Nous espérions vraiment traverser la Montagne Pelée durant nos épreuves.

Départ à 8h depuis Le Prêcheur, le soleil tape déjà très fort et la Montagne Pelée est visible comme jamais ! La première partie de l’ascension est dure mais plutôt agréable avec ses zones ombragées. C’est plutôt sur la seconde partie que nous allons déchanter. Le ventre est douloureux pour moi et nous grimpons en plein soleil. 35 degrés au compteur, je me couvre la tête car je commence vraiment à souffrir de la chaleur.

Sur la montée, nous en profitons tout de même pour admirer le paysage et faire quelques photos. La vue est dingue ! Tout en-haut, on longe la caldeira qui descend à pic et on entame la descente. Nous sommes de nouveau à l’ombre, cela fait du bien. Le ravitaillement vient à point car nous sommes à court d’eau. On s’asperge et l’on repart de plus belle pour le dernier tronçon qui sera difficile pour moi. Avec le recul, je pense avoir frôlé l’insolation.
A l’arrivée, des enfants nous accueillent grand sourire en tapant nos mains. On oublie les jambes lourdes et la tête qui cogne !

Amoureuse des montagnes, ce fut sans aucun doute la plus belle épreuve tant pour les paysages que pour les efforts que cela nous a demandé !

trail montagne pelée

trail raid alizés
trail montagne pelée

Raid Alizés Martinique

 

Jour 4 : Course d’orientation en VTT – Pointe Marin

Pour le dernier jour de course, c’est une nouveauté du Raid des Alizés qui nous attend : une course d’orientation en VTT. Plus de 20 balises sont réparties autour de la Pointe Marin, à nous de les retrouver aidées d’une carte.

Départ à 8h depuis la Pointe Marin, tout le monde s’active pour trouver son trio de VTT et vite se placer sur la ligne de départ. Faux-départ pour nous : le pneu arrière du vélo de Anne est déjà crevé… un signe annonciateur pour la suite du circuit.

Un bénévole règle vite le problème et nous voilà parties pour 22,5km de VTT. Encore une fois le terrain est compliqué pour rouler. Boue, épines et trous, il est facile de s’enliser ET de crever. Gros couac sur cette épreuve, beaucoup vont en faire les frais durant la course et l’orga s’est vite retrouvée à cours de roue ou de chambre à air. De notre côté pas de crevaison mais le dérailleur va casser en milieu de course sur le vélo d’Anne. Heureusement un bénévole nous bricole un nouveau vélo grâce aux roues qui sont toujours intactes !

La deuxième partie du parcours sera beaucoup plus agréable : on prend le sentier du littoral et l’on roule en longeant l’océan. Les derniers kilomètres se font dans la bonne humeur et on termine par un sprint sur la plage de Pointe Marin !

Toutes les Alizés fêtent la fin de l’épreuve avec musique, noix de coco fraîche et un bain bien mérité !

raid sportif femme
épreuve raid alizes
raid femmes aventure

 

Après cette course de (dés)orientation, place au réconfort direction la résidence de Pierre et Vacances St Luce. On retrouve douche chaude, climatisation et lit douillet !
Ce soir on clôture le Raid des Alizés avec une soirée de Gala. Tenue de soirée blanche exigée pour fêter ensemble la fin de notre raid féminin. Ce sera aussi l’occasion de découvrir un mini-film récapitulatif de notre aventure et de féliciter l’équipe gagnante de l’édition 2017 : Les Sapeuses. Une équipe de trois pompiers qui couraient pour supporter l’Œuvre des Pupilles Sapeurs-Pompiers.

 

Le Bilan du Raid des Alizés :
Nous terminons 47ème du classement et ravies de notre expérience Raid des Alizés 2017.
Si certaines équipes jouent la gagne, notre objectif était surtout de s’amuser ensemble ! Découvrir une nouvelle destination, faire du sport dans un cadre et des conditions différentes, vivre une expérience originale entre amies, courir pour une association, faire de belles rencontres… tant de raisons de faire le Raid des Alizés !

J’ai également adoré les circuits concoctés par l’organisation et le cadre nature très sauvage tout au long des épreuves ! Des épreuves réalisables par toutes avec de l’entraînement. Le vrai challenge étant pour moi la capacité d’adaptation voire la résistance à la chaleur et l’humidité constantes.
« Une aventure nature, sportive et solidaire » le Raid des Alizés a rempli toutes ses promesses !

Le gros plus du Raid des Alizés :  l’ambiance et l’engouement pour cette course en Martinique !
Gros travail en amont, tout est bien orchestré par l’organisation mais, le capital sympathie/motivation des bénévoles et spectateurs apporte vraiment un gros plus.

Petit bémol : les nuits en tente parfois un peu compliquées car notre premier bivouac était sur un terrain totalement détrempé. Et pour les prochaines éditions, un peu de salé en ravitaillement ?!

 

Un grand merci à l’organisation de nous avoir invitées à participer au Raid des Alizés 2017 !
Si vous avez envie de voyager, vous dépasser et vous créer de beaux souvenirs avec une bande d’amies, il y a de fortes chances que le Raid des Alizés vous plaise !
Prochaine édition du 27 novembre au 2 décembre 2018 => découvrez toutes les infos sur le site http://www.raiddesalizes.com/fr

plage Anse Noire

SEA, you and me, we make believe we stand for something

Une publication partagée par Maïder Oyarzabal | @lesothers (@madebymaider) le

On prolonge le séjour en Martinique

Même si le raid nous fait voyager à travers les courses, la Martinique méritait bien que l’on poursuive notre séjour.

Basées au Pierre et Vacances St Luce, nous avons profité de la piscine et des plages alentours pour un jour de repos bien mérité !
Le lendemain, nous partons faire une croisière en catamaran sur le « Bwa Drésé » au départ du Robert. Un bon moyen de découvrir la Martinique autrement avec ses fonds blancs et ses îlets : l’îlet Madame, l’îlet Chancel et ses iguanes, la baignoire Josephine et ses étoiles de mer… Une sortie un peu trop touristique pour moi mais sympa à faire si vous voyagez avec un bon groupe d’amis.
Pour notre dernier jour, nous restons tranquilles dans le sud-ouest de la Martinique, dans la commune des Anses d’Arles. Baignades, snorkeling et émergence de bébés tortues, un super moment sur ces deux petites plages coupées du monde : Anse Dufour et Anse Noire.

Hero in a half shell

Une publication partagée par Maïder Oyarzabal | @lesothers (@madebymaider) le

Plages paradisiaques, gastronomie et ti’ punch, du vert et des sourires à perte de vue, si vous pouvez rester quelques jours de plus en Martinique, n’hésitez pas !

 

Vous pouvez retrouver Maider sur les réseaux : son blog Made by Maiderson Facebookson Twitter & son instagram

.

A propos de TeamAventuriers

Collectif de bloggueurs outdoor passionnés d'aventures et de grands espaces.

Les activités à découvrir dans les Alpes en hiver

Les activités à découvrir dans les Alpes en hiver

A la TeamAventuriers, nous sommes des éternels amoureux des Alpes. Oui, même nos collègues belges chez qui le cœur bat ardemment pour les sombres forêts des Ardennes et sa brume envoûtante, ils ne peuvent oublier de leur esprits les tours fines et élancés des Alpes, qui le peut après avoir porter son regard vers les plus hautes cimes d’Europe ?

Chaque massif a son charme du reste, la magie est dans le dénivelé qui nous rapproche des étoiles tel un cosmonaute du sentier. Lorsque l’hiver recouvre les traces de son blanc manteau, il y a évidemment le ski comme activité principale à laquelle on pense immédiatement. Tu le sens la tension dans les villages et les stations lorsque la neige se fait attendre, non seulement pour des raisons économiques mais au fond d’eux, jeunes et vieux, tous ont ce désir de gosse de dévaler les pistes après les premiers gros flocons, cela se lit dans leurs yeux que l’attente a été longue. Mais vous croyez que tous ces montagnards n’ont que le ski et les raclettes l’hiver pour se réchauffer, que nenni l’ami, que nenni ! Ils sont inventifs les bougres, on va te le montrer.

Il n’y a pas que le ski comme sport de glisse !

Alors je te vois déjà venir petit malin, tu me diras, il y a le snowboard ! On peut aussi descendre les pistes sur les fesses hein (je l’ai fait, mais ce n’était pas par choix)… non, il y a pas d’autres moyens de s’éclater (dans tous les sens du terme) dans les descentes ?
Tu connais l’airboard par exemple ? C’est une sorte de planche de suf gonflable sur laquelle tu t’allonges et tu te trouves au raz des pistes, je peux te dire que les sensations sont plus qu’au rendez-vous surtout que tu ne sais pas vraiment ce qui t’attend à chaque tournant.

Il y a aussi d’autres options comme les descentes en luge (luge traditionnelle ou monoluge), en trottinette des neiges, en vélo des neiges. Autant le vélo des neiges était facile à manier mais la trottinette, une vraie galère.

Vous êtes handicapé ou accompagné d’une personne handicapé ou peu mobile, vous pensez qu’elle doit rester en bas des pistes pendant que vous vous amusez ? Vous avez tout faux, certaines stations proposent justement, accompagné d’un guide accompagnateur, de faire du ski avec des personnes à mobilité réduite. Suivant vos capacités, vous allez même pouvoir être quasiment autonome. Cela a été inventé par un skieur pro qui a eut un accident. Je trouve cette initiative formidable, elle rend le plaisir de la montagne disponible au plus grand monde. Il faut vous renseigner sur les stations qui proposent ce genre de dispositif, le mieux c’est de contacter les offices de tourisme locaux. Je peux vous dire que la station village de Vaujany est équipé avec des guides supers sympas ! J’ai testé pour vous et on les sent bien les pistes rouges !

Le parapente.


Alors il y a ceux qui descendent aussi les pistes en parapente mais il faut un sacré niveau. Je n’ai pas eu le loisir de tester dans les Alpes car les conditions météo n’étaient pas réuni, je l’ai fait seulement au Népal mais c’est une activité que j’ai vraiment envie de réaliser. Néanmoins, à la TeamAventuriers, vous trouverez toujours quelqu’un qui l’a expérimenté. Ici, ce fut le cas de mon collègue Maxime du blog voyage et trekking, toujours dans les bons coups !

A côté du parapente, il y a aussi l’ULM, la montgolfière, un tour en hélicoptère, les possibilités de découvrir la montagne depuis les airs ne manquent pas.

La découverte de l’alpinisme

Soit vous avez le niveau et l’expérience pour vous lancez seul ou vous pouvez vous faire accompagner d’un guide qui se chargera de la logistique et de la sécurité. Si c’est l’indépendance avec un niveau qui vous permet d’évoluer librement en montagne qui vous intéresse, je ne peux que vous conseiller les stages alpinisme UCPA.

Ces centres sportifs ne sont pas fait que pour les adolescents loin de là. Une bonne ambiance, de bonnes bouffes, le partage de connaissances avec des guides agrémentés, le gain d’expérience, il n’y a rien de mieux. En plus, croyez-moi, pour un stage de plusieurs jours, une semaine ou plus, tout compris, les prix sont vraiment accessibles et c’est cela qui en fait leur charme. Si vous les testez l’hiver vous pourrez revenir l’été car il y a de nombreuses autres activités encadrées à découvrir.

Personnellement, j’ai vraiment aimé l’atmosphère sportive et bonne enfant qui règne en ces lieux, je recommande à tous. Si vous avez un ado, envoyez-le dans ces camps, j’aurai aimé en être !

Les chiens de traîneau


Vous pensez qu’il faut aller au bout du monde pour profiter de cette activité ? Bon, certes j’en ai fait au Svalbard et en Finlande mais on peut aussi en faire dans les Alpes !
Conduire ses grosses peluches taillées pour l’effort va vous ravir. On se fait rapidement aux commandes pour peu que l’on est attentif aux instructions et que l’on ne fait pas n’importe quoi.

L’escalade de glace

Vous n’avez jamais encore essayer l’escalade de glace et vous pensez que c’est uniquement réservé à des gens qui font de l’escalade et qui peuvent soulever le poids de leur corps en se tractant avec une main ? Détrompez-vous ! Une bonne condition physique est un plus, je ne le nie pas, mais il suffira d’avoir de bons appuis sur les pieds, de suivre les conseils du guide et, crois-moi cela vient tout seul !

Et ce n’est pas tout ! Les autres activités insolites en montagne !

Dans certaines stations, vous pouvez faire une descente aux premiers rayons en montant avec la dameuse. A vous ensuite le petit déjeuner aux premières lueurs avant de rechausses ses skis pour les reste de la journée.
Du bobsleigh à La Plagne, seule station qui propose ce genre d’activité en France.
Du biathlon, encadré par des médaillés en la matière au lac Blanc, Fort Romeu…
Un petit bain glacé à Tignes par exemple ?
Du paint ball hivernal à Meribel par exemple ?
Un stage de conduite sur glace à l’Alpe d’Huez en Isère.
Un séjour dans un hébergement insolite ?
Si cela te donne plein d’idées, tant mieux… et si tu cherches un récap des stations et comment s’y rendre, et terme de transport, va faire un tour sur la page GoEuro concernant les stations dans les Alpes. S’il y a d’autres activités insolites à découvrir dans les Alpes, n’hésites pas à nous en faire part via mail ou en commentaire, on sera ravit d’en parler.


Si vous aimez cet article, n’hésitez pas à partager sur Pinterest.

A propos de TeamAventuriers

Collectif de bloggueurs outdoor passionnés d'aventures et de grands espaces.

Mon premier camping

Mon premier camping

Quand on pense camping, il y a différentes expériences qui nous viennent à l’esprit. Tout dépend de notre âge, des choix et goûts des parents, des destinations envisagées. Il y a ceux pour qui le camping est une tradition, avec leur emplacement favori, les connaissances qu’ils retrouvent chaque année avec qui ils partagent apéros quotidien et le sourire détendu qui illumine le visage de ceux qui profitent de la douceur estivale, un peu comme la comédie bon enfant « Camping » avec Franck Dubosq, il y a d’autres pour qui le mot camping rime aussi avec le camping plus sauvage. Un lieu à soi, que l’on imagine protégé, caché, bien à l’écart des hommes, du bruit, de la civilisation.

Un lieu où l’on voit les étoiles la nuit. Inspiré et émerveillé par notre petitesse face à la grandeur de la voie lactée. Un lieu où notre tente posée près du feu où cuit le repas du soir est notre unique refuge pour la nuit alors que Dame Nature nous laisse entrevoir ses merveilles.

Il y a cette très belle vidéo qui a été réalisée par un collègue en montagne qui y a emmené son enfant qui découvrant les joies du camping en montagne pour la première fois. On sent la magie dans ces images. Un enthousiasme et les doux premiers souvenirs de cette expérience.

J’aime les campings nature. Que ce soit en montagne, en forêt, au bord d’un lac si possible, afin de profiter des premières lueurs pour un saut matinal. En été, je crois qu’il n’y a pas réveil plus vivifiant que de plonger dans l’eau fraîche qui vous met une bonne claque de bon matin. J’ai pu le faire nu en Finlande, on se sent comme replongé dans l’insouciance de l’enfance. Bon, c’était dans un endroit assez reclus donc je déconseille d’essayer cette pratique n’importe où au risque d’écourter votre séjour pour atteinte à la pudeur.

Avec le camping sauvage, il faut néanmoins prendre tout le nécessaire avec soi. Trouver un point d’eau, prendre assez de nourriture pour profiter du lieu. On ne peut pas rester éternellement sur place à moins de prendre un sac de 20kg, surtout si on est également venu prendre quelques photos avec son matériel photo. Cela implique pas mal de contraintes et en vacances, surtout avec sa petite famille, ce n’est pas évident d’imposer toutes ces restrictions. Et puis, malheureusement, tout le monde ne laisse pas le lieu aussi intact qu’ils l’a trouvé. C’est triste de voir que certains qui disent aimer la nature ne la respectent pas. Certains ne sont pas faits pour apprécier les simples bienfaits de poser sa tente dans la nature.

Pour ceux qui aiment profiter d’un séjour camping sans faire totalement abstraction de son confort, il y a des sites qui peuvent vous faciliter la recherche comme fr.camping-and-co.com. On sélectionne par tarif, par situation (au bord d’un lac ou en montagne pour ma part), par région… tiens, avec mes préférences, je déniche ce camping de 90 emplacements, les Rives de l’Ardèche en région Rhône-Alpes, près d’une rivière et pas loin du parc régional des Monts d’Ardèche… de quoi faire de jolies balades.

On peut faire sélection de multiples options forts utiles : type de confort, les infrastructures présentes, sélections par la taille… et on peut aussi vérifier si notre animal de compagnie y est le bienvenue. Pour ceux qui aiment partir en vacances avec leur compagnon fidèle à 4 pattes, il n’y a pas dire, cela facilite la vie avec un gain de temps pour les recherches considérable !

A chacun de se faire son expérience à partager entre amis ou en famille. Ce qu’il y a de bien, c’est que l’on trouve pour tous les budgets et tous les goûts. Moi je suis plutôt montagne mais les sportifs qui préfèrent les vagues ou ceux qui apprécient le calme de la campagne au bord d’une piscine trouveront aussi leur bonheur.

 

 

A propos de TeamAventuriers

Collectif de bloggueurs outdoor passionnés d'aventures et de grands espaces.

Aventures de la TeamAventuriers

Aventures de la TeamAventuriers

Où sont passés les membres de la TeamAventuriers ces derniers temps ? Et bien ils sont allés dans des beaux coins d’Europe et d’ailleurs. Des impériales chutes de Skogafoss en Islande en passant par les magnifiques sommets rougeoyants des Dolomites jusqu’aux points de vue sur l’île de Maurice dans l’Océan Indien… on a été gâté ! Sans oublier l’hexagone avec Clo et Clem qui se baladent en France avec leur van et comptent pousser l’aventure et les balades bien plus loin en Europe !

Notre aventurier belge Maxime à l’assaut de l’Islande

Qui n’est pas tombé amoureux des paysages islandais dont se sont inspirés dans de cinéastes, photographes et artistes dernièrement. Même si le tourisme explose, en dehors de certains spots super demandés, l’île est tellement vaste que pour peu que vous ayez un 4×4, il y a de quoi explorer et se sentier seul au monde. Si vous êtes patient et matinal, même les coins les plus touristiques sauront révéler leur magie aux premiers (ou dernières) lueurs !
Il nous a ramené de supers souvenirs. En plus, prochainement, le film de son expédition estivale au Kirghizstan va bientôt sortir et sera diffusée au Festival Maurice L’aventure.

 

Un second aventurier belge, Julien, traileur qui envahit les Dolomites

Piotr est allé, dans les Dolomites, à la rencontre du célèbre grimpeur Alex Honnold qui est entré dans l’Histoire de l’escalade avec son ascension free solo du Dome et voici que peu après, Julien l’a suivi. Ils se sont manqués de peu et le projet initial était d’ailleurs de réaliser des balades ensemble avec 2 membres de la TeamAventuriers, une prochaine fois peut-être.

Il en rapporte la magie automnale capturée avec ses mots. Il retranscrit parfaitement l’esthétisme de ces montagnes dont le célèbre apiniste Reinhold Messner a qualifié de plus belles montagnes du monde.
Comme l’exprime si bien Julien, les Dolomites font définitivement parties des perles des Alpes.

Vous pouvez retrouver dans son article des conseils pour réaliser des randonnées dans les Dolomites.

 

Piotr à l’assaut de l’île Maurice

Piotr et Maider, c’est une mini TeamAventuriers que l’on avait déjà retrouvé au Dévoluy, cet hiver, lors d’une semaine au ski, qui est partie découvrir les merveilles de Rodrigues et de l’île Maurice.

La météo a malheureusement fortement diminué les réaliser toutes les belles randos prévues initialement dans l’île mais ils ont pu tout de même réaliser l’ascension du Morne qui offre un magnifique point de vue. Une marche relativement accessible qui se fait avec des guides.

Nos aventuriers en vans, Clo et Clem, combattent les premières neiges en France

Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls au sein de la TeamAventuriers d’avoir aménagé un van pour réaliser et vivre au mieux leurs aventures mais Clo et Clem ont poussé l’aventure un peu plus loin car ils ont une vraie petite maison roulante leur permettant de parcourir le monde, en tout cas la France pour le moment, au gré de leurs envie. Comme quoi, avoir le permis, est bien utile si on veut jouir de la liberté des roads trips.

On s’arrête avec l’envie de découvrir un bel endroit et on brave la météo pour ramener de belles photos comme ce fut le cas pour leur randonnée, malgré la neige arrivée un peu plus tôt que prévue, jusqu’au Cirque de Gavarnie. Ils s’attendaient à des paysages verdoyants voir encore automnaux et non, c’est l’hiver qui leur a passé le bonjour un peu plus tôt que prévu.

Maider réalise quant à elle, le Raid des Alizés

Une fois que Piotr fut tranquillement revenu du séjour à Maurice, cuvant tranquillement tout le bon rhum dont il a profité sur l’île, Maider la guerrière a enchaîné un second voyage en Martinique avec sa team de sportives. Au menu du Raid des Alizés, un combo trail, vélo, canoé kayak.

Une aventure que vous avez d’ailleurs pu suivre en live sur son instagram.
 

Et pendant ce temps là, Nicolas, lui il courre sous la pluie

Il part braver les éléments et continue ses entraînements malgré la météo qui donne plus envie de rester sous la couette que d’avaler les kilomètres. C’est à cela que l’on reconnaît les vrais sportifs ! Ils n’ont pas peur de sortir malgré le froid, la pluie, la faim (ou pas)… afin de rester en forme pour les prochaines aventures qui ne manqueront pas de venir lorsque la neige puis la belle saison seront de retours sur les sentiers.

Avec son groupe facebook des traileurs de bleau il partage ses projets de sortie avec des acolytes aussi fous passionnés que lui. Si vous êtes non loin et que le running/trail pas qu’en montagne vous dit, n’hésitez pas à vous y inscrire. Bonne ambiance assurée, même sous la pluie.

A propos de TeamAventuriers

Collectif de bloggueurs outdoor passionnés d'aventures et de grands espaces.

Activités outdoor en Amérique latine

Activités outdoor en Amérique latine

La montagne est partout. Les reliefs propices aux activités de montagne ne se trouvent pas que dans nos belles Alpes françaises. Pour les amoureux de la randonnée, il y a évidemment 10 magnifiques treks à découvrir en France mais certains pays exotiques, que l’on a davantage l’habitude d’associer aux plages, peuvent nous révéler bien des surprises !

CHILI

 

Quand on parle du Chili il vous vient forcément à l’esprit le splendide parc Torres del Paine. Avec deux boucles principales à découvrir, la boucle W (de 76km) ou le boucle O (de 150km), plus complète. L’objectif de ce périple est normalement d’apercevoir et de ramener une photo des tours depuis le Mirador de las Torres. Néanmoins, dans cette partie du monde, la météo peut-être plus que capricieuse et il est possible que durant toute votre traversée, qui peut prendre une dizaine de jours pour la boucle O, vous ne voyiez rien. Le vent et la pluie peuvent saper le moral des plus combatifs.

Après un trek en Patagonie, et si on s’attaquait au second plus haut sommet d’Amérique ? Difficile à deviner qu’il se trouve au Chili et pourtant. Les amoureux de la montagne connaissent bien l’Aconcagua, en Argentine (on y reviendra) mais connaissent l’Ojos del Salado qui se trouve dans la région d’Attacama ? Ce volcan assoupi, considéré comme encore actif, fait partie des 7 sommets secondaires et des 7 sommets volcaniques. Il n’a pas à rougir face à l’Aconcagua car il ne le précède que de peu avec ses 6 893m. Un sommet qui ne présente pas beaucoup de difficultés techniques mais qui peut être sujet à des vents violents atteignant les 160 km/h avec un froid intense qui peut descendre à -40.

BOLIVIE

source : Goulevitch Jérémie

La Bolivie est le Chili ont une frontière commune et si vous êtes dans la région de l’Attacama, le saut d’un pays à un autre pour réaliser des treks ou des sommets est des plus courants. On ne peut pas vous en vouloir, le Salar d’Uyuni n’est pas si loin et c’est une merveille à contempler.

Un trek dans la Cordillère Royale de Serata jusqu’à la Casa Blanca avec des 5000m ou des 6000m comme le plus emblématique de la Cordillère Royale, l’Illimani (6439 m), cela vous tente ? On voit sa silhouette briller comme un diamant depuis la capitale bolivienne de La Paz, ce joyau ne peut que nous attirer. Si l’Illinani et ses pentes à 45 degrés nécessitant de bonnes connaissances en alpinisme sont une trop grande difficulté pour vous, il y a toujours la possibilité de se « contenter » du Sairecabur, plus accessible car c’est un sommet de trek. Le Huayna Potosi, avec des pentes raides à 60 degrés voir 80 degrés présente des difficultés un cran au dessus.

EQUATEUR

source : wikipedia

Il y a de la neige au niveau de l’Equateur, si si ! Vous en doutiez, allez voir un peu du côté des géants de pierre comme le Cayambe qui est situé à l’est des Andes équatorienne, dans la province de Pichincha, sur la ligne de l’Equateur avec de la neige à son sommet toute l’année. Il fait partie, avec le mont Chimborazo (6268 m), point culminant du pays, des deux plus hauts volcans de l’Equateur. Il ne faut pas, dans cette équation qui nous pousse à pousser au-dessus des 5000m, oublier le non moins célèbre Cotopaxi (5897 m) qui, étant proche de Quito, la capitale du pays (il se trouve à 55km) est très prisé justement du fait de sa proximité qui le rend beaucoup plus accessible.

PANAMA

source : wikipedia

On peut penser qu’à part le canal qui porte le même nom, la farniente, siroter quelques cocktails et jouer quelques cartes font parties des seules activités à faire au Panama. Que neni ! Il y a un peu de montagne au Panama, on peut se mettre quelques milliers de mètres de dénivelés sous les pieds avec des sommets à 3000m d’altitude dont le plus haut, celui du volcan éteint de Baru qui culmine à 3 475 m. Certes ce n’est pas le Mont Blanc mais ces sommets de plus de 3000m et leurs vallées qui trouvent leur origine au Costa Rica avec la Cordillère Talamanca (ici nommée Cordillère de Chiriqui et de Serrania de Tabasara) font office de climatiseur naturel. Là-haut, la température descend sous zéro, de quoi se rafraîchir après la bronzette sous la plage et les premiers pas suffocant avec la marche d’approche.

ARGENTINE

source : wikipedia

On ne peut pas parler d’Argentine sans, naturellement, évoquer l’imposant Aconcagua, plus haut somme du continent américain et donc d’Amérique latine, avec son petit frère, l’Ojos del Salado qui lui se trouve au Chili. Le niveau technique requis pour l’Aconcagua par la voie normale reste facile sauf si souhaite s’élance face aux 3000m de la face sud. Néanmoins, cela reste de la très haute montagne, l’Aconcagua, le plus haut sommet des Andes, étant quasiment un 7000m. Cela en fait un trek de très haute altitude qui nécessite une excellente condition physique et une très bonne acclimatation. Dans tous les cas, il faut se prépare à des conditions rudes et une météo, comme c’est le cas en haute montagne, qui peut drastiquement augmenter le niveau de l’ascension voir la rendre impossible. Si c’est le cas, on peut toujours se rabattre sur une randonnée dans le massif du Fitz Roy si on souhaite repartir avec des étoiles plein les yeux.

A propos de TeamAventuriers

Collectif de bloggueurs outdoor passionnés d'aventures et de grands espaces.

Voyage à la Dominique : 7 activités outdoor à faire absolument

Voyage à la Dominique : 7 activités outdoor à faire absolument

Cette semaine nous vous emmenons avec nous sur l’île de la Dominique ! 

Au programme : randonnée, snorkeling, observation des baleines, balades entre rivières et cascades… Maider du blog MadeByMaider est parti avec Discover Dominica pour faire un reportage sur l’île et tester toutes ses activités outdoor.
Voici son carnet de bord pour ce séjour de 5 jours à la découverte de la Dominique, l’île nature aux 365 rivières.

Jour 1 : Arrivée sur l’île de la Dominique 

Commençons par localiser l’île de la Dominique : située au coeur de l’archipel des Caraïbes, elle se trouve juste entre la Guadeloupe au nord et la Martinique au sud. L’île fait 46 kms de long, sur 25 kms de large pour une superficie totale de 754 km2 et un grand nombre de sentiers de randonnée !

Partis tôt le matin depuis Paris, il nous aura fallu seulement deux avions pour arriver sur la Dominique avec une rapide escale à Saint Martin. Dans un petit avion, nous survolons l’archipel, ses eaux turquoises et ses îles au vert émeraude… nous arrivons juste à temps pour regarder notre premier coucher de soleil sur Roseau, la capitale de la Dominique.

Sortie en voilier pour observer les baleines 🐳 

Une publication partagée par TeamAventuriers (@teamaventuriers) le

Jour 2 : visite de la capitale Roseau et sortie en bateau 

Cette première matinée, nous débutons par visiter Roseau avec son marché, ses monuments officiels, son port, son jardin botanique… Rien de mieux pour nous imprégner du lieu et nous faire découvrir  le mode de vie des Dominicains.

Pour continuer tout en douceur cette journée, nous partons faire une sortie en voilier pour tenter de voir des baleines. L’île de la Dominique est le meilleur endroit dans les Caraïbes pour observer baleines à bosse cachalots et dauphins. Cette année les courants froids ont amenés beaucoup d’orques, il est donc plus difficle de voir les baleines… nous aurons en revanche beaucoup plus de chance avec les dauphins qui ont assurés le spectacle durant plusieurs minutes. Quel bonheur de les voir sauter et jouer avec les vagues formées à l’avant du bateau !

Plus d’infos par ici : observation des baleines avec Anchorage

Naviguer sur la mer des Caraïbes entourée de dauphins, le plus beau des spectacles pendant mon voyage à la Dominique 👌

Une publication partagée par Maïder Oyarzabal (@madebymaider) le

Jour 3 : Cascades et sources d’eaux chaudes

Ce matin, les nuages sont bas et l’ambiance tropicale à souhait : chaud et humide !
Nous prenons la route pour Laudat pour visiter la Gorge de Titou, Fresh Water Lake et les sources d’eau chaudes naturelles qui longent le chemin. Le temps n’est vraiment pas de la partie et le brouillard épais sur les hauteurs de l’île. Nous comprenons alors pourquoi l’île est si verte et luxuriante !

Nous continuons notre route vers Trafalgar en prenant le temps de visiter Papillote Garden, un superbe jardin tropical avec cascades et sources d’eau chaude. Très représentatif de la biodiversité de la Dominique, j’aurais pu y passer ma journée tant on s’y sent bien !
Viens enfin la découverte de Trafalgar Falls, l’un des sites les plus connus de l’île avec ses deux immenses cascades dont la plus haute s’élève à 38 mètres ! Les derniers jours ayant été assez pluvieux, le débit est impressionnant et le bruit de l’eau résonne d’autant plus fort.

Nous finissons la journée au village de Wotten Waven considéré comme la «Sulphur Spa Capital». Situé en pleine forêt tropicale et à deux pas du Parc National Morne Trois Pitons, on y trouve six spots proposant des spas aux eaux sulfurisées et des piscines naturelles. Il pleut légèrement pendant que nous nous baignons dans une eau à plus de 30 degrés, le bonheur !

Au pied de Trafalgar Falls et de ses deux chutes d’eau qui se jettent de 38 mètres de hauteur 😳 

Une publication partagée par TeamAventuriers (@teamaventuriers) le

Jour 4 : Emerald Pool et le village Kalinago 

Découverte d’un nouveau spot connu de l’île : Emerald Pool. Le nom fait rêver et nous n’allons pas être déçus : situé au coeur de la rainforest, nous découvrons cascade et piscine naturelle entourées d’une végétation très dense. Les odeurs de bois mouillé, les sons des oiseaux et des grenouilles, ce vert si intense, l’eau qui donne vie à tout… même sur un site touristique comme Emerald Pool la nature parvient toujours à s’imposer et garder son esprit sauvage.

Autre particularité de la Dominique, son côté authentique avec entres autres le territoire des Kalinagos sur la côte est, les derniers indiens des Caraïbes. C’est un véritable retour dans le temps que nous faisons avec notre guide sur place. Nous retraçons l’histoire des Kalinagos  sur Waitukubuli (« grand est son corps » le nom amérindien donné à l’île) avec ses traditions, son mode de vie et ses croyances mais aussi son lourd passé colonial entre blessures, pertes et succès.

Plus d’infos par ici : visite et séjour chez les Kalinagos

Not so easy to access but the swimming pools are pretty cool in Dominica ✌️#shotoniphone

Une publication partagée par Maïder Oyarzabal (@madebymaider) le

Jour 5 : Randonnée sur le Waitukubuli National Trail et sortie sur l’Indian River

Aujourd’hui nous avons rendez-vous avec Thierry aussi connu sous le nom de Dr Birdy, en gros l’encyclopédie vivante des oiseaux sur la Dominique ! Avec 162 espèces d’oiseaux recensées sur l’île, on en prend tout le temps plein les yeux et plein les oreilles. La faune et la flore c’est vraiment ce qui fait la richesse et la particularité de la Dominique dans les Antilles.

J’avoue que je n’y aurais pas songé mais faire une randonnée avec un guide ornithologue apporte  une toute autre dimension à notre balade. Les chants, les traces au sol, les nids dans les arbres, le bruit des battements d’ailes, tous nos sens sont en alerte. C’est aussi l’occasion de faire un segment du  Waitukubuli National Trail, le plus long sentier de randonnée de l’archipel des Caraïbes, soit 185 km à travers la jungle ! Le WNT traverse toute l’île et donne sérieusement envie de revenir pour un prochain séjour dédié totalement à ce trek… Piotr de la Team Aventuriers a d’ailleurs fait ce trek en solo : son récit du Waitukubuli.

Après Dr Birdy, nous rencontrons une autre légende locale : Bond, James Bond. Pas d’armes et de combats, juste un grand sourire et des répliques magiques qui sortent presque à chaque coup de pagaie. On part en promenade en barque à la découvert de l’Indian River et des spots filmés dans « Pirates des Caraïbes 2 ». L’activité est très touristique mais il faut avouer que le décor est très beau et dépaysant !

Plus d’infos par ici : Balade sur Indian River avec la compagnie Cobra Tours

Rowing boat trip down the Indian River – Tour en barque au cœur des décors de Pirate des Caraïbes ✨ 📷@madebymaider

Une publication partagée par TeamAventuriers (@teamaventuriers) le

Jour 6 : Snorkeling à Champagne Reef et coucher de soleil sur Scott’s Head

Dernier jour sur l’île de la Dominique, c’est le moment ou jamais de se baigner dans la Mer des Caraïbes ! Pour ça, rien de mieux qu’une session snorkeling direction Champagne Reef qui fait partie d’une réserve marine et abrite tout un tas d’espèces. Tout proche du rivage, le spot est très facilement accessible et pleins de surprises : on nage dans le cratère effondré d’un volcan entre bulles d’eau chaude, coraux et poissons tropicaux ! Je conseille aux novices comme aux passionnés.

Plus d’infos par ici : sortie snorkeling à Champagne Reef

 

On sort la tête du bocal pour filer au sud de l’île vers Soufriere. En route nous découvrons les sources Soufriere Sulphur, la plage de Bubble Beach Spa puis nous dégustons un homard en regardant les pêcheurs ramener leur butin du jour !
17h, le soleil descend rapidement, il est temps de partir pour la promenade piétonne de Scott’s Head.
Le point de vue est magnifique et permet de prendre conscience de la beauté luxuriante de l’île. Nous n’aurions pas pu espérer mieux pour notre dernier coucher de soleil sur la Dominique !

Snorkeling at Champagne Reef nearly made me lose my head 😜 

Une publication partagée par Maïder Oyarzabal (@madebymaider) le

Participez au jeu-concours « Qui est Dominique » et tentez de gagner deux billets d’avion Paris / La Dominique pour deux adultes et pleins d’autres cadeaux !  

 

Cocoa Cottages : coup de coeur pour cette maison d’hôtes au coeur de la jungle avec ses cabines en bois pleines de charme et une super cuisine. Anchorage Hotel : un hôtel assez basique mais le cadre avec vue sur l’océan vaut le détour si vous cherchez un logement sur Roseau Fort Young Hotel : un hôtel assez chic avec une décoration d’esprit colonial, une bonne adresse pour ceux qui aiment les hôtels avec un certain standing. Restaurant River Rock Cafe : cuisine typique et super adresse en chemin vers Trafalgar Falls Restaurant Islet View : encore une très bonne table pour découvrir la cuisine dominicaine et des rhums fait maison ! au nord est près de Calibishie et ses plages Restaurant Wen Cuisine : cuisine fraîche avec livraison de poissons et de crustacés sur place – une jolie halte pour manger ou prendre un jus de fruits frais entre Soufrire et Scott’s Head

 

.

A propos de TeamAventuriers

Collectif de bloggueurs outdoor passionnés d'aventures et de grands espaces.

Voyage outdoor en Irlande : le comté de Mayo

Voyage outdoor en Irlande : le comté de Mayo

Retour sur un beau voyage en Irlande dans le comté de Mayo.
Je suis partie avec Allibert Trekking et l’Office du tourisme d’Irlande autour d’un super programme outdoor entre randonnées, vélo et sports d’eau. Située sur la côte ouest de l’Irlande, c’est une des plus belles régions de l’île et le parfait terrain de jeux pour les amoureux des grands espaces.

 

Randonnée sur Croagh Patrick

Cruach Phádraig de son vrai nom est considérée comme la montagne sainte de l’Irlande après que Saint Patrick, patron des Irlandais, ait jeûné et prié ici pendant quarante jours et quarante nuits en 441 après J-C. Réputée pour son pèlerinage en l’honneur de Saint Patrick, elle attire aussi amateurs de rando et sportifs pour son magnifique panorama sur la campagne du County Mayo et la baie de Clew Bay.

Certains se lancent dans un trail très matinal. Pour moi, ce sera une randonnée tranquille, je suis là pour me balader et faire des photos avant tout ! Certains passages sont assez raides mais c’est une randonnée accessible à tous pourvu que l’on ait de bonnes chaussures et un peu de motivation.
Le sommet se trouve à 760 mètres mais à mi-chemin on découvre déjà une très belle vue sur Clew Bay et toutes ses îles qui semblent s’étendre à l’infini.

Compter environ 3h pour faire la randonnée sur Croagh Patrick – nous eux étions aux aurores mais la vue et les couleurs au coucher de soleil doivent être magnifiques.

Départ depuis le parking du « Visitor Center » à Murrisk

 

 

 

La Great Western Greenway en vélo

Le vélo, une bonne option pour ceux qui n’aiment pas les longues marches ! Adeptes du deux-roues, il y a de quoi se régaler sur la Great Western Greenway, une piste cyclable de 42 km à l’écart du trafic. Inaugurée en 2011, le parcours suit l’ancienne ligne de chemin de fer reliant Westport à l’île d’Achill.

En balade ou à un rythme plus sportif, le parcours est à la portée de tous et permet de découvrir en quelques tours de roue de jolis spots dans la région du Comté de Mayo : la péninsule de Currane, la baie de Clew, la plage de Mulranny…
Les plus motivés peuvent aussi se lancer sur une autre route : la Wild Atlantic Way. Après notre nuit sur Clare Island (lire plus bas), nous avons emprunté cette route jusqu’à Ashleigh Falls. Au programme : routes escarpées, tourbières, lacs, et même une cascade pour clore le trajet !

Le circuit suivi était organisé par Paul et son agence locale Electric Escapes qui organise pleins d’itinéraires autour du comté de Mayo. Options d’une journée ou plusieurs jours avec le vélo de votre choix – le vélo électrique restant une option très sympa pour se promener tout en douceur. 

.

 

Surf the Wild Atlantic Waves

On ne le sait pas forcément mais la côte ouest de l’Irlande est un petit coin de paradis pour le surf. Un paradis plutôt froid mais qui vaut le détour pour tous les amateurs de vagues et ceux qui veulent s’initier au surf. Le littoral est superbe, autant en profiter un maximum !
Et pour ceux qui souhaitent se mettre à l’eau plus en douceur, il y a toujours l’option Paddle ou Canoë-kayak avec une balade le long de la rivière Moy ou dans Clew Bay.

.

Randonnée sur Clare Island 

C’est un MUST DO dans le comté de Mayo, gros coup de coeur pour cette petite île montagneuse de 160 habitants.
Située dans la baie de Clew Bay, elle est la plus grande des 365 îles et certainement l’une des plus belles. Paysages vallonnés, plages et petit port de pêche, falaises à pic, le décor est parfait, l’ambiance magique et sereine à souhait. Sur cette petite île vivant du tourisme et de la pêche, le temps semble s’être arrêté.

Ce matin, nous sommes quasi les seuls à embarquer depuis la jetée de Roonagh. L’île est encore préservée, surtout à cette période de l’année, et nous avons vraiment le sentiment d’être seuls au monde une fois sur l’île. Nous randonnons une bonne partie de l’après-midi depuis la plage jusqu’au Phare puis en longeant la côte jusqu’à atteindre le mont Knockmore.
Le vent s’est levé au cours de la journée. De là-haut cela souffle fort pendant que nos yeux se baladent sur toute l’île. Le panorama est superbe, on surplombe tout. 

Bed & Breakfast O’Grady’s Guest House : cuisine maison, ambiance familiale et cosy avec une superbe vue sur la petite plage de Clare Island. Restaurant Sailor’s Bar : fish and chips, guiness et grand choix de whisky irlandais sont au menu.

Prendre le ferry pour Clare Island : infos et horaires sur clareislandferry.com

Faire un séjour yoga et bien-être : pendant tout le voyage nous avons été accompagnés par la géniale Rachel et son énergie à toutes épreuves. Originaire du Comté de Mayo, elle connaît parfaitement sa région, les meilleurs spots à visiter… et les meilleurs whisky à goûter ! Elle organise des séjours très sportifs autour de Westport mais aussi un séjour yoga sur Clare Island si vous cherchez avant tout du repos. Plus d’infos sur son site Rachel’s Irish Adventures

 

Speed Boat & Coasteering

Depuis le petit port de Clare Island, il est possible de faire une sortie en Speed Boat autour de l’île pour se rapprocher au plus près des falaises et observer la faune locale. Les mouettes jouent avec les vagues, on découvre des criques sauvages et l’on voit le Phare nous narguer tout en haut.  Embruns et cheveux au vent, on en prend littéralement plein les yeux ! Une sortie fun et des points de vue à couper le souffle pour visiter Clare Island d’un point de vue original.
Et pour ceux qui voudraient une dose d’adrénaline supplémentaire, il y a également l’option Coasteering : un mix entre escalade, sauts de falaises et jeux d’eau ! Une occasion d’explorer le littoral de Clare Island de manière encore plus aventureuse et tester ses limites depuis les plus beaux spots de plongeon !

Toutes les infos sur votre séjour sur Clare Island par ici : http://www.clareisland.ie

Sentiers de crêtes, collines de bruyères, fjords et plages désertes, îles de pêcheurs…. le Comté de Mayo a beaucoup à offrir et se trouve tout près du Connemara ! Pour tous ceux qui souhaitent s’organiser un séjour rando en Irlande, c’est la région parfaite pour se balader entre côtes sauvages, lacs immenses et montagnes au vert infini.

Découvrez l’itinéraire « Connemara et Mont Saint Patrick » et d’autres idées de voyage sur Allibert Trekking.

Continuez le voyage sur l’île émeraude sur le site de l’Office du tourisme d’Irlande 

.

A propos de TeamAventuriers

Collectif de bloggueurs outdoor passionnés d'aventures et de grands espaces.

La Winter Spartan Race de Valmorel

La Winter Spartan Race de Valmorel

Pour ceux qui me suivent sur instagram @madebymaider, vous avez certainement vu passer quelques images : le 28 janvier je participais à la Spartan Race de Valmorel dans les Alpes. Comment mieux débuter 2017 qu’en courant dans la neige !

Invitée par Reebok et Anne à rejoindre sa Team, je n’ai pas hésité une seconde pour réaliser ce nouveau challenge et retrouver ma partenaire de course durant le Raid Amazones Californie !
Aujourd’hui je vous fais un petit débrief sur la course avec quelques conseils pour ceux qui voudraient tenter l’aventure mais avant petit retour en vidéo sur notre préparation.

Petit rappel concernant la Reebok Spartan Race : c’est la course d’obstacles la plus importante au monde avec plusieurs versions suivant la saison et le pays ! La course est mixte et peut se réaliser en solo ou en équipe avec au programme : boue, barbelés, murs à grimper, poids à soulever, etc. Bref, tout pour tester votre force, votre résistance mais aussi votre adresse à l’image des Spartiates qui étaient les guerriers les plus complets.

spartan valmorel

Expérience Spartan Race : à quoi s’attendre pendant la course ? 

Définitivement à pas mal de surprises… et c’est ce qui fait tout l’intérêt et la folie de cette course !

Quelques chiffres pour vous donner une idée :
– Parcours de 13km dans la neige avec une superbe vue sur le domaine de Valmorel
– +600m de dénivelé
– 26 obstacles incluant des bûches, de l’eau froide, des barbelés et pas mal de murs à grimper
– 30 burpees dans la neige à réaliser pour chaque obstacle raté
– 1 super Team de 3 filles avec Anne et Emma

Alors ça pourrait en refroidir certains mais en vrai c’était vraiment une course agréable avec une super ambiance !

Dans le SAS de départ, on s’échauffe avec la musique à fond, les AROO résonnent (le cri de ralliement de la Spartan) et l’excitation monte…. Go c’est parti, cela monte sec dès le départ jusqu’à rencontrer les premières épreuves.  Quelques obstacles à grimper, cela débute assez soft, presque trop soft et c’est là que les organisateurs ont eu la bonne idée de nous faire traverser une rivière – PAR-FAIT !
Une eau autour des 3 degrés, pour le coup ça réveille enfin ça pique même !  Petit conseil, bougez bien vos orteils ensuite pour vous réchauffer les pieds 😉

A mi-parcours, il y a une bonne montée à faire et ensuite les obstacles s’enchaînent jusqu’à la ligne d’arrivée : barbelés, murs à escalader, bûches à porter, pneus à déplacer, cordes à grimper…
Je ne détaille pas trop, je suis arrivée sans avoir aucune idée de ce qui m’attendait et c’était très bien comme ça ! Au final je ne m’en suis pas trop mal sortie, j’ai échoué sur 2 obstacles : les Monkey Bars et le monter de corde.

On termine en sautant le mythique feu de bois… Grand sourire et médailles autour du coup, WE ARE SPARTAN !

conseils spartan race

Equipement et conseils : comment s’habiller pour la Winter Spartan Race ?

Forcément j’étais bien équipée puisque je portais les tenues Reebok spécialement crées pour les évènements Spartan Race à commencer par les chaussures de trail All Terrain Super 3.0 : crampons avec super accroche, semelle amortissante bien confortable et joli look, c’est un sans-faute pour moi !

Les chaussures, c’est certainement le plus indispensable pour cette course dans la neige donc s’il y a un investissement à faire, c’est celui-là !

Pour le reste, prenez vos vieilles fringues de course car elles n’en ressortiront pas forcément vivantes : barbelés, cailloux, neige… on met aussi nos vêtements à rudes épreuves !
Pour info, voici ma tenue Reebok :
– legging de compression Spartan Race
haut de compression manches longues Spartan Race
– haut de running Zip

Même si on court dans la neige, rien ne sert de trop se couvrir… j’avais peur d’avoir froid mais on se réchauffe au final très vite. J’ai dû enlever une couche assez rapidement (je portais une première couche en laine mérinos Icebreaker => l’erreur!)

Les accessoires à ne pas oublier :
– les gants : je n’ai pas eu froid pendant la course à l’exception des mains qui se refroidissaient très vite dans la neige lors des épreuves et obstacles. J’ai couru avec des gants en laine faute d’avoir autre chose mais ça a bien fait le job ! Idéalement portez des gants en soie ou gants de running.
– les chaussettes : j’ai couru avec des chaussettes de trail assez épaisses, parfait pour ne pas trop garder l’humidité.
– un cache-cou : vraiment top pour rester bien au chaud surtout en altitude ou dans les zones ombragées (il peut aussi se transformer en cache-nez)
– une barre de céréales : le ravitaillement est un peu light donc si vous êtes du genre à avoir besoin d’une petite dose de sucre en course, cela peut être une bonne idée !

Spartan Race
obstacle spartan
maider oyarzabal outdoor
course spartan valmorel

course obstacle spartan
Spartan Race Girls

Compte Rendu de la Winter Spartan Race de Valmorel

A l’exception de 2-3 obstacles, je n’ai pas trouvé les épreuves trop compliquées. Moins physique que d’autres Spartan Race, la principale difficulté reste peut-être le dénivelé pour ceux qui n’ont pas l’habitude de courir dans ces conditions. C’est tout bon pour les runners et ça m’arrangeait bien car le grimper de corde ou le monkey bar, c’est loin d’être ma spécialité !
Arrivez en forme mais la course reste accessible sans trop d’entraînement spécifique.

Un autre point fort de cette course : la team spirit ! J’ai l’habitude de courir seule mais j’ai vraiment apprécié faire cette course en équipe en s’entraidant et s’encourageant tout au long du parcours. Couples, amis, collègues, il y avait toutes sortes d’équipes sur la course !

Pour résumer : ambiance au top, beaux paysages, obstacles fun et une super médaille à l’arrivée !
Je ne peux que vous recommender de faire la Spartan Race de Valmorel (surtout pour les amateurs de rando et de trail) !

Merci à Reebok pour l’invitation, AROO !
Dates des prochaines courses par ici : Spartan Race

spartan race feu

.

A propos de TeamAventuriers

Collectif de bloggueurs outdoor passionnés d'aventures et de grands espaces.

27e édition de l’ICE Climbing Ecrins

27e édition de l’ICE Climbing Ecrins

La 27ème édition de l’un des rendez-vous des plus anciens et plus connus concernant l’escalade de glace en France a pris fin ce 15 janvier. Sur 4 jours, autour du camp de base de l’Argentière la Bessée, ce fut plus de 400 participants aux différentes ateliers réparties sur une dizaine de sites avec des centaines de voies d’escalades, un encadrement de 42 guides de haute montagne et plus de 14 nationalités présentes. -18°c dans la vallée de la Fressinière, dimanche, où je me trouvais d’ailleurs. -18°c une très bonne raison pour se retrouver autour d’un petit feu avec mes collègues (Gil Mckenzie du blog TheBackPack et Olivier Pineda  du blog Men are delicious) lorsque notre piolet ne tâtait pas de la glace.

activités Ice climbing 2

image Jan Novak

Avec un prix d’entrée fort attractif de 45 €, le festival a même du refuser des participants, victime de son succès.

En bref, l’Ice Climbing c’est des chiffres qui vous donnent le tournis. Etant à la même période sur un autre reportage, toujours dans les Hautes Alpes mais dans l’Oisans, où j’ai d’ailleurs pu faire une belle cascade de glace dont j’ai fait une vidéo, c’est avec plaisir et une certaine appréhension (vais-je ou non me ridiculiser ?) que je participais, pour la première fois, à cet événement.

action

moi, en pleine action sur une de mes trois voies dans la vallée de la Fressinière

Je n’ai malheureusement pu pleinement prendre part aux festivités. Je ne fus présent qu’au 2 derniers jours du festival. Malgré tout, j’ai tout de même pu me joindre aux activités concernant l’initiation à l’escalade de glace dans la vallée de la Fressinière, avec 3 voies à mon actif, je serai bien resté plus longtemps mais un train m’attendait, et j’ai également pu m’initier au ski de randonnée lors d’un autre atelier (c’était ma première fois d’ailleurs), la veille au Puy Saint Vincent. Vous pouvez voir la vidéo ci-dessous.

Car, même si durant l’Ice Climbing l’accent est évidemment mis sur la découverte et le perfectionnement des techniques d’escalade de glace, l’Ice Climing ne se résume pas qu’à cela.

Pour ceux qui avaient assez goûté à la glace ou à a roche, il y avait également comme ateliers :

  • Découverte Freeski avec SALOMON à Puy saint Vincent.
  • Les ateliers Sécurité encadrés par le PGHM, l’ANENA et les CRS de montagne dans la vallée de Fressinière.
  • Les ateliers Rando raquettes pour découvrir le Pays des Ecrins.

Ce que j’aimé à l’Ice Climbing

Ice climbing fete

ici, le spectacle de feu et de pyrotechnie au pied des cascades de glace du Fournel samedi soir – image Jan Novak

L’ambiance. Chose amusante, il s’est avéré que parmi les jeunes grimpeurs qui m’avaient pris en covoiturage depuis l’Oisans, l’un d’entre eux a fini sur le podium lors de la finale de l’épreuve de Dry Tooling. Félicitations aux gagnants et à Octave, sur la deuxième marche du podium ! Adresse, technique et puissance  faisaient parti de la combinaison pour se hisser au plus haut.


On félicite, chez les hommes, pour l’épreuve de Dry Tooling :

1 Symon Welfringer
2 Octave Garbolino
3 Antonin Cecchini
Et chez les femmes :
1 Camille Margo
2 Méris Petit
3 Alexia Ederle
dry tooling
 image Jan Novak
Les débats. C’est dommage que Ueli Steck n’ait pas pu participer, coincé sur les routes de suisse. J’espérais apercevoir cette grande figure de l’alpinisme. Néanmoins, cela n’a pas empêché aux discussions, co-animées par Cathy Jolibert, organisatrice de l’événement et par le grimpeur et skieur Tony Lamiche, d’aborder comme sujets : la féminisation de l’alpinisme, l’engagement ou encore  la prise de risques glace ou en expédition, en attirant plus de 300 personnes autour des têtes d’affiche tel l’alpiniste Mathieu Maynadier, l’himalayiste et aventurier Lionel Daudet, Marion Poitevin membre des CRS de montagne, la grimpeuse suisse Nina Caprez, le guide Fred Degoulet, Max Bonniot membre du GMHM.
debat ice climbing
image Jan Novak

L’initiation à l’Escalade de glace. Forcément, on vient un peu -beaucoup- pour cela. Force est de constater que je ne suis pas un grand et bon grimpeur. N’étant pas né près des montagnes, n’ayant pas non plus de prédisposition naturelle, j’ai tout de même pu apprécier l’approche fort ludique et immédiate de cette discipline. Une fois assuré, après avoir appris les mouvements de base, à nous les frissons sur les parois bleutées. Très vite, on se prend au jeu, au milieu de paysages époustouflants, et l’ivresse de la progression sur les parois nous poussent à en vouloir toujours plus. En tout sécurité, évidemment, car il est rare d’avoir une telle concentration de guides de haute montagne au mètre carré. Loin d’être inaccessible, c’est cet esprit d’ouverture et de découverte dans le but de faire vivre et s’épanouir cette belle discipline de plein air qui m’a réellement charmé. S’il est encore difficile de vous convaincre, regardez la belle vidéo de l’événement !

Vous pouvez également retrouver photos et informations concernant l’événement sur :


Vous pouvez retrouver Piotr sur les réseaux : son blog outdoor 1001 pas, son Facebook, son Twitterson instagram

A propos de TeamAventuriers

Collectif de bloggueurs outdoor passionnés d'aventures et de grands espaces.

Séjour Dévoluy : carnet de bord de la Team Aventuriers

Séjour Dévoluy : carnet de bord de la Team Aventuriers

Cette semaine nous vous emmenons avec nous dans le Dévoluy !

Au programme : ski de fond, escalade de glace, ski et snowboard, randonnée, chiens de traîneau… et le stock de neige et de bonne humeur ! Voici notre carnet de bord pour ce séjour de 5 jours à la découverte du massif du Dévoluy :

Jour 1 : Arrivée dans le Dévoluy

Après un trajet en train de Paris à Grenoble, nous sommes accueillis par Pierrick qui va nous accompagner durant les 5 prochains jours. Hop, on repart vite en voiture pour arriver au Dévoluy pour le coucher de soleil… Plus l’on avance, plus les montagnes se rapprochent et la route devient enneigée, ça sent bon tout ça ! A peine le temps de poser nos affaires à l’Hôtel Le Refuge de l’éterlou, on file sur la piste de la Joue du Loup pour voir les derniers rayons de soleil sur les sommets des montagnes. On a déjà hâte d’être au lendemain !

 

Jour 2 : Randonnée et Chiens de traîneau

Chez la Team Aventuriers, on adore la randonnée alors quoi de plus normal qu’une petite balade pour débuter notre séjour ! Départ depuis le complexe sportif du SuperDévoluy, on tombe vite sur plusieurs sentiers de randonnée. Pour nous, ce sera direction le Collet du Tât. Une jolie balade qui fait la liaison entre les stations du Dévoluy et la Joue du Loup. Un classique à faire et un superbe point de vue en plein centre du massif !

Collet du Tât

 

Vers 15h, nous retrouvons Inès pour une sortie en chiens de traîneau. Une activité que nous attendions avec impatience ! Après avoir fait connaissance avec la meute et pris quelques selfies avec ces peluches vivantes, il est temps de nous expliquer le maniement du traîneau, les bons réflexes à avoir et l’utilisation du frein. Les chiens sont impatients, nous aussi. Nous partons pour 30 minutes de balade sur le plateau de Rioupes, juste aux portes de Joue du Loup.

 

Plus d’infos par ici : Les Traineaux du Dévoluy

Les chiens, le décor, les lumières de fin de journée… L’ambiance est magique mais le mieux reste encore de regarder notre vidéo :

Jour 3 : Escalade de Glace et Ski

Aujourd’hui on attaque la journée plutôt fort avec piolets et crampons ! Notre guide de haute montagne François aka « Fanou » va nous emmener sur la cascade de glace des Gorges des Etroits. Nous sommes partis pour 2h d’escalade de glace. Si Piotr a déjà eu l’occasion d’en faire à deux reprises, ce sera une totale découverte pour moi : maniement des piolets, cramponnage, installation d’un relais, descente en rappel… Pas mal d’informations à retenir au départ mais l’on prend assez vite le pli.

Une superbe expérience avec ce sport combinant escalade et alpinisme !

Plus d’infos par ici :
Sortie Escalade de Glace dans le Dévoluy

Session escalade de glace dans les Gorges des Étroits ! La @teamaventuriers se régale dans le @ledevoluy 👌

Une publication partagée par TeamAventuriers (@teamaventuriers) le

Cet après-midi, il est temps de découvrir le domaine skiable en testant les pistes de la Station du Dévoluy. Grand ciel bleu et récentes chutes de neige, tout est parfait ! De 14h à 17h30, les pistes bleus et rouges s’enchaînent en ski pour Piotr et en snowboard pour moi avec ma toute nouvelle tenue Columbia.
5 ans que je n’en avais pas fait… je l’ai senti à la fin de la journée !
La descente finale s’est accompagnée d’un beau coucher de soleil sur la Joue du Loup, on ne pouvait pas mieux terminer cette après-midi de ski.

 

  Jour 4 : Tout schuss sur les pistes du Dévoluy 

Encore un beau soleil, la journée s’annonce prometteuse sur les pistes du Dévoluy ! Nous profitons pleinement de cette journée de ski pour faire le plein de photos, de vidéos et de bons souvenirs.

Bon plan pour ceux qui cherchent où casser la croûte : le meilleur spot de la station se trouve en haut du télémix Fontettes, il y a même un grand hamac pour s’accorder une petite sieste !

Voici un résumé de nos aventures sur les pistes du Dévoluy  :

 

Jour 5 : Ski de fond et Raquettes

Dernier jour au Dévoluy, c’est l’occasion de tester une nouvelle activité : le ski de fond au Col du Festre ! Les débuts sont assez hésitants, pour ne pas dire maladroits, mais petit à petit la technique s’affine. L’itinéraire se prête bien aux débutants car l’on profite de la « Fête du Nordique » qui permet de s’initier à différents sports d’hiver : biathlon, snowkite, raquettes, etc.

Après 4 jours de grand ciel bleu, l’ambiance est aujourd’hui totalement différente et permet de découvrir le Dévoluy sous une facette différente. Il fait aussi bien plus doux et ça je ne vais pas m’en plaindre. C’est parfait pour aller faire une balade en raquettes depuis Superdévoluy avec le Pic de Bure qui nous nargue au loin… Il nous faudra revenir aux beaux jours, il y a de quoi se régaler en escalade !

Demain matin c’est le départ. On se lance tout de même un petit défi avec Piotr : faire une session running très matinale avant de partir. Pas de meilleur remède pour oublier les courbatures et chutes en ski ! On monte, on descend, on glisse pas mal aussi et on photographie la Joue du Loup sous un autre angle.
On ne pouvait pas mieux terminer ce séjour au Dévoluy !

Hôtel Le Refuge de l’éterlou : joli chalet au pied des pistes, ambiance familiale et tranquille qui convient à tous (couple, famille et groupe d’amis). Bonus Spa pour les amateurs ! Restaurant Chez Patras : ambiance familiale et cuisine généreuse, une super adresse. Après une bonne journée de ski, testez la raclette au brebis et le petit vin local ! Restaurant Le Schuss : ambiance cosy, cuisine délicate avec des produits locaux de qualité. Restaurant O’Patou : notre restaurant coup de coeur ! Une bonne table près de la station, on vous recommande les côtelettes d’agneau 😉

 

Suivez nos aventures en direct sur Instagram : 
Piotr sur http://instagram.com/1001pas/ Maïder sur http://instagram.com/madebymaider/

.

A propos de TeamAventuriers

Collectif de bloggueurs outdoor passionnés d'aventures et de grands espaces.